et les fleuves coulent des montagnes

« Je ne veux rien écrire. Je ne veux rien dire de ce qui va advenir là, sous vos yeux. Il le faudrait. Ils me le demandent tous. Ils veulent savoir. De quoi ça parle ? Que va-t-il se passer ? Va-t-on être surpris, ému ? Va-t-on apprendre, comprendre quelque chose ? Est-ce que ça vaut la peine de se déplacer ? Donnez-nous envie ! Faites-nous rêver !

Je ne cherche pas à être énigmatique. Ce n’est pas une posture. Juste, je me demande à quoi cela pourrait bien servir. De dire. Mais je me plie aux exigences. Je suis souple. Encore cette fois.

Et je dirais qu’il y a des corps qui s’entrechoquent, qu’il y a des cœurs qui fusionnent, qu’il y a des flux et des reflux, que les lois de l’attraction sont universelles. Et que les fondeurs coulent des statues. »

TAG

création, point éphémère, Paris

Conception et interprétation :

Thomas Adam-Garnung, Simon Boin, Camille Cadet, Marion Cole, Etienne Enselme, Maxime Michel, Stanislas Briche.

Leave a Comment.